KBC Groupe
Select your language
    Search

    Bon début d’année : Bénéfice de près de 400 millions d’euros

    Hors séance boursière – Information réglementée*

    Jeudi 15 mai 2014 — KBC clôture le premier trimestre 2014 sur un bénéfice net de 397 millions d’euros, contre une perte de 294 millions d'euros au quatrième trimestre 2013 et un bénéfice de 520 millions d'euros au premier trimestre 2013.

    Abstraction faite de l'incidence des activités legacy (CDO, désinvestissements) et de la valorisation du risque de crédit propre, le bénéfice net ajusté s’élève à 387 millions d’euros au premier trimestre 2014, contre une perte de 340 millions d'euros au quatrième trimestre 2013 et un bénéfice de 359 millions d'euros au premier trimestre 2013.

    Johan Thijs, CEO du groupe :

    "Dans un contexte marqué par une croissance économique atone, de faibles taux et une basse inflation en Europe, KBC a démarré l'année 2014 avec un résultat net de 397 millions d'euros au premier trimestre ou de 387 millions d'euros sur une base ajustée. Par comparaison au trimestre précédent, le groupe est parvenu à accroître ses revenus nets d'intérêts, sur fond de stabilité des volumes de crédits et de hausse des dépôts de la clientèle par rapport à un recul des financements ’wholesale’. Les revenus de commissions ont également augmenté, surtout en Belgique. Le revenu total a toutefois été influencé par des variations marked-to-market négatives de valeur de dérivés utilisés pour l’ALM (asset/liability management). Les faibles demandes d'indemnisation ont débouché sur un excellent ratio combiné des activités d'assurances non-vie. Le ratio charges/produits s'est révélé plutôt élevé, en raison de la comptabilisation de la taxe bancaire hongroise pour l'ensemble de l'exercice et des variations marked-to-market susmentionnées. Les réductions de valeur pour pertes sur crédits ont fortement diminué en Irlande et ont été très faibles dans les autres pays.

    Au premier trimestre 2014, la division Belgique a généré un résultat net de 351 millions d'euros, qui s'inscrit légèrement en dessous de la moyenne de 393 millions d'euros des quatre trimestres précédents et est entièrement attribuable à l'impact négatif des évaluations marked-to-market des dérivés ALM. Comparé au trimestre précédent, le premier trimestre 2014 a été marqué par une hausse des revenus nets d’intérêts, des revenus nets de commissions et des plus-values sur la vente d'actions et par un solide ratio combiné pour les assurances non-vie. Les ventes d'assurances vie à taux d'intérêt garanti se sont toutefois contractées. Les coûts ont légèrement diminué et les réductions de valeur ont baissé. Les activités bancaires et d’assurance ont généré respectivement 74% et 26% du résultat net pendant le trimestre sous revue.

    La division Tchéquie a dégagé un résultat net de 138 millions d'euros pendant le trimestre sous revue, conformément à la moyenne de 139 millions d'euros des quatre trimestres précédents. Comparé au trimestre précédent, le premier trimestre 2014 a arboré une hausse notable des résultats. Il a été marqué par une nouvelle dépréciation de la couronne tchèque, un rebond des revenus nets d'intérêts et des plus-values sur la vente d'obligations, un recul des résultats nets d'instruments financiers et de commissions, une hausse du ratio combiné non-vie qui demeure bon, et un tassement des ventes d'assurances vie de la branche 23. Les coûts se sont améliorés, de même que les réductions de valeur pour pertes sur crédits. Les activités bancaires et d’assurance ont généré respectivement 96% et 4% du résultat net pendant le trimestre sous revue.

    Au premier trimestre 2014, la division Marchés internationaux a enregistré un résultat net de -26 millions d'euros, en nette progression par rapport à la moyenne de -213 millions d'euros des quatre trimestres précédents. Le résultat net aurait été légèrement positif, si la taxe bancaire hongroise avait été répartie sur l'exercice. La baisse notable des provisions pour pertes sur crédits chez KBC Bank Ireland a été le principal facteur à l'origine de l'amélioration par rapport au quatrième trimestre 2013. Le premier trimestre 2014 a également été marqué par une hausse des revenus nets d'intérêts, une amélioration du résultat des instruments financiers, un solide ratio combiné non-vie, une contraction des revenus nets de commissions et un statu quo des coûts, abstraction faite de la comptabilisation de l'intégralité de la taxe bancaire hongroise pour l'exercice. Globalement, les activités bancaires ont enregistré un résultat net de -33 millions d’euros (les résultats positifs en Slovaquie et Bulgarie étant anéantis par les résultats négatifs en Irlande et en Hongrie), tandis que les activités d’assurance ont dégagé un résultat net de 7 millions d’euros.

    Comme nous l'avons annoncé antérieurement, une CDO a fait l'objet d'un dénouement (‘collapse’) au premier trimestre 2014, ce qui a débouché sur une diminution de notre exposition aux CDO d'environ 2 milliards d'euros en termes nominaux.

    Au début 2014, nous avons remboursé au gouvernement flamand une seconde tranche de 0,5 milliard d'euros, dont 0,33 milliard d'euros en principal majorés d'une pénalité de 50%. Ce remboursement était à nouveau en avance sur le plan convenu avec la Commission européenne et a été rendu possible par la robuste position de capital de KBC. L'aide publique résiduelle s'élève à présent à 2 milliards d'euros.

    La position de liquidité du groupe demeure très solide, les ratios LCR et NSFR dépassant largement les 100%.

    Notre position de capital demeure également très robuste, comme l'illustre le ratio common equity pro forma de 12,5% (Bâle III à pleine charge, selon le compromis danois). Au premier trimestre, il a été tenu compte du remboursement de 0,5 milliard d'euros au gouvernement flamand au début janvier, des résultats trimestriels et d'une provision au prorata pour le dividende proposé à verser  pour 2014.  Le calcul pro forma inclut également l'impact du désinvestissement de KBC Deutschland et de la Banque Diamantaire Anversoise : les contrats ont été signés mais n'ont pas encore été approuvés par les autorités régulatrices. Le ratio common equity dépasse dès lors largement notre objectif de 10%.

    En résumé, les résultats confirment notre foi dans notre métier de base qu'est la bancassurance en Belgique, en Tchéquie, en Slovaquie, en Hongrie et en Bulgarie, marquant ainsi un bon début d'année. Nous sommes ravis et reconnaissants de la confiance que les clients et les parties prenantes accordent à notre société et à ses collaborateurs."

    * Ce communiqué contient des informations soumises à la réglementation sur la transparence des entreprises cotées en Bourse.

    Contactez-nous

    Wim Allegaert

    directeur Investor Relations, KBC Groupe

    Viviane Huybrecht

    directeur Corporate communication/porte-parole KBC Groupe

    Published with Prezly