KBC Groupe
Select your language
    Search

    KBC 4Q2015: KBC dégage un bénéfice de 2.6 milliards d’euros sur l’ensemble de l’exercice

    Le résultat trimestriel s’inscrit à 862 millions d’euros

    Jeudi 18 février 2016 — Notre modèle commercial orienté client a continué de prospérer. Le volume des prêts et les contrats d’assurance ont augmenté dans la quasi-totalité des pays où nous opérons. Nos clients nous ont confié un volume plus important d’avoirs, ce qui a dopé les ventes de produits d’investissement. Par ailleurs le faible coût du crédit a également soutenu notre résultat net. Dans un contexte de bas taux d’intérêt, de croissance économique modérée en Belgique et de dynamique plus soutenue en Europe centrale, KBC clôture le quatrième trimestre 2015 sur un bénéfice net exceptionnel de 862 millions d’euros, par rapport à 600 millions d’euros au trimestre précédent et 473 millions d’euros au dernier trimestre 2014. La liquidation de KBC Financial Holding Inc. a eu un impact positif sur le bénéfice, atténué cela dit par les réductions de valeur sur goodwill. Abstraction faite de ces deux éléments, le résultat net du quatrième trimestre s’élève à 441 millions d’euros. Le résultat de l’exercice 2015 s’établit à 2 639 millions d’euros (2 218 millions d’euros après exclusion des deux éléments précités), tous les pays ayant dégagé un bénéfice.

    (communiqué intégral en annexe)

    Principales données financières du quatrième trimestre 2015 par rapport au troisième trimestre 2015 :

    • Nos franchises de banque et d’assurance ont toutes deux prospéré sur nos marchés clés et dans nos principales activités.

    • Nous avons de nouveau octroyé plus de prêts en Belgique (+1% en un seul trimestre seulement), en République tchèque (+2%), en Slovaquie (+4%) et en Bulgarie (+3%). Les dépôts de clients ont en outre encore augmenté dans la quasi-totalité des pays où nous opérons : République tchèque (+3%), Hongrie (+8%), Slovaquie (+3%), Bulgarie (+4%) et Irlande (+1%).

    • Les revenus nets d’intérêts ont légèrement augmenté malgré l’environnement de bas taux d’intérêt et une certaine pression sur les marges sur les crédits. Notre marge nette d’intérêts s’est rétrécie, passant de 1,99% à 1,95%.

    • Les ventes de produits d’assurance non-vie ont progressé sur tous nos marchés en rythme annuel et le ratio non-vie combiné s’inscrit à un excellent niveau de 91% pour l’exercice complet. Les ventes globales de produits d’assurance vie ont augmenté, la République tchèque signant ici une performance particulièrement impressionnante.

    • Les clients ont continué de confier leurs actifs à KBC. Le total des avoirs en gestion de notre groupe s’est inscrit en hausse pour atteindre 209 milliards d’euros grâce aux entrées nettes et à la bonne performance du marché. Nos revenus nets de commissions ont baissé de 3%, principalement en raison de la diminution des commissions de gestion découlant d’une allocation plus prudente des placements.

    • Abstraction faite des taxes bancaires spécifiques, les charges en fin d’année ont augmenté sous l’effet de facteurs saisonniers, en particulier pour le Centre de groupe. Le ratio charges/produits s’établit à un bon niveau de 55% pour l’exercice complet.

    • Le coût du crédit s’inscrit à un excellent niveau, 0,23% de notre portefeuille des crédits pour 2015.

    • La liquidation de KBC Financial Holding Inc. annoncée précédemment s’est traduite par une incidence positive sur l’impôt mais aussi par un résultat d’instruments financiers à la juste valeur négatif de 765 millions d’euros combinés.

    • Les réductions de valeur sur goodwill atteignent 344 millions d’euros au quatrième trimestre mais sont sans effet sur nos ratios de capital.

    • Notre position de trésorerie reste robuste et notre base de capital – avec un ratio common equity de 15,2% (phased-in, selon le compromis danois) – est toujours nettement supérieure à l’objectif réglementaire, même après remboursement de la dernière tranche des aides publiques.

    Johan Thijs, CEO de notre groupe:

    « Les clients continuent de nous confier leurs actifs et se fient à nous pour la réalisation de leurs projets, ce dont nous sommes véritablement honorés. Tous les voyants sont au vert au sein de KBC et les résultats montrent que notre approche axée sur le client porte ses fruits. Nous avons enregistré un excellent résultat de 2,6 milliards d’euros en 2015, dont quelque 862 millions d’euros au quatrième trimestre, grâce à la bonne performance des activités sous-jacentes et à divers éléments exceptionnels.

    Les activités sous-jacentes ont été florissantes, comme l’illustre la croissance des volumes de prêts, des avoirs en gestion et des contrats d’assurance. L’accent toujours placé sur la maîtrise des coûts et l’évolution excellente du coût du crédit dynamisent l’essor de notre entreprise.

    La liquidation annoncée de KBC Financial Holding a été opérée, entraînant un impact après impôts sur le résultat de 765 millions d’euros.

    En outre, le relèvement des objectifs de capital à l’échelle locale et l’augmentation du taux d’escompte ont favorisé des réductions de valeur sur goodwill pour un total de 344 millions d’euros, enregistrées presque intégralement par nos établissements en Bulgarie et en Slovaquie. Celles-ci restent cependant sans effet sur nos ratios de capital. Les activités, la réputation et la pertinence de ces entités ne sont nullement en cause.

    Sur le front réglementaire, nous avons été informés au quatrième trimestre 2015 des nouvelles exigences minimales en matière de capital, qui imposent un ratio CET1 d’au moins 9,75%, phased-in selon le compromis danois. À la fin octobre, la Banque nationale de Belgique a également communiqué le nouveau montant des réserves de fonds propres applicables aux banques belges d’importance systémique. Pour KBC, cela signifie qu’une réserve de fonds propres supplémentaires à hauteur de 0,5% du ratio CET1 (phased-in selon le compromis danois) est requise pour 2016. Nous sommes à l’aise avec ces objectifs, que nous avons d’ores et déjà intégrés à nos modèles de gestion du capital.

    C’est pour cette même raison que nous avons été en mesure à la fin 2015 – soit cinq ans à l’avance – de rembourser au gouvernement régional flamand la dernière tranche de l’aide publique d’un montant de 2 milliards d’euros et de verser une pénalité de 50%. Ce faisant, nous avons rempli toutes les obligations financières qui nous ont été imposées durant et après la récente crise financière, clôturant définitivement ce chapitre. Nous sommes extrêmement reconnaissants envers le gouvernement et nos clients, collaborateurs et actionnaires pour la confiance qu’ils ont placée en nous et le soutien apporté pendant cette période.

    Conformément à notre intention précédemment annoncée, nous proposerons lors de l’assemblée annuelle qu’aucun dividende ne soit versé au titre de 2015.

    En 2016, nous comptons poursuivre sur notre lancée des années précédentes, plus particulièrement en jouant le rôle qui est le nôtre dans la société en tant qu’organisation orientée client. Notre modèle de bancassurance étayé par des bases de liquidité et de capital solides, nous permet de dégager des résultats durables. La persistance de taux d’intérêt bas reste cependant un défi pour l’ensemble de l’industrie financière. Par ailleurs, la volatilité régnant sur les marchés financiers est aussi susceptible de peser sur nos revenus de commissions. De manière fondamentale, nous continuons d’investir dans l’avenir et de déployer proactivement nos plans de technologie financière afin d’optimiser encore le service à la clientèle. »

    Communiqué intégral en annexe

    KBC 4Q15Web FR

    Contactez-nous

    Viviane Huybrecht

    General Manager KBC Corporate Communication / Spokesperson

    Published with Prezly