• English
  • Nederlands
  • Français
  • Search

    KBC fournit des éclaircissements concernant le passage du rapport Pax intitulé “Don’t bank on the bomb”

    KBC applique une politique très stricte

    Jeudi 8 décembre 2016 — PAX a publié un rapport sur les investissements dans l’armement nucléaire, dans lequel le groupe KBC est également cité. Soucieux de jouer le rôle qui est le sien dans la société, KBC prend ses responsabilités et a publié, le 12 septembre dernier, quelques décisions – nouvelles et actualisées – dans le cadre de sa politique en matière de durabilité.

    PAX indique en page 26 de son rapport avoir clôturé ses travaux fin août, sans avoir pu analyser et y intégrer les nouvelles orientations stratégiques de KBC.

    Dans sa nouvelle orientation stratégique, KBC a encore raidi sa politique en matière d’armement et a par ailleurs subordonné l’octroi de crédits aux entreprises liées à l’armement nucléaire à des conditions très explicites et très restrictives.

    Pour plus d’informations sur la politique stratégique de KBC en matière d’entreprenariat durable, nous vous invitons à visiter le site, et plus spécifiquement sa politique en matière d’armement.

    KBC continue d’œuvrer à la réalisation de ses objectifs en matière de durabilité et de responsabilité sociétale et communique à ce propos de manière transparente dans son Rapport à la Société publié sur son site.

    Le rapport PAX (pages 84-85) fait à nouveau référence à l’octroi de crédits à la société britannique Serco. KBC avait déjà clarifié précédemment sa position en cette matière (voir notre réaction sur www.kbc.com le 10 octobre 2013 et déclarations ultérieures dans la presse) soulignant que Serco est une entreprises de services desservant activement l’industrie de l’armement nucléaire mais sans toutefois pouvoir être assimilée elle-même à un fabricant d’armes de ce type.

    Les règles de déontologie et les obligations légales interdisent à KBC de fournir des informations sur des dossiers individuels. Cependant, il doit être clair que KBC adopte la plus extrême réserve à l’égard du financement de n’importe quelle activité liée à l’armement et soumet dès lors chaque dossier à une analyse approfondie.

    KBC applique depuis 2004 une politique très stricte en matière d’investissement dans le secteur de l’armement. Ceci implique pour KBC le refus d’investir dans toute entreprise, quelle qu’elle soit, déployant des activités de développement, de montage ou de négoce de systèmes d’armes controversés ou de leurs composantes essentielles. Sont considérées comme controversées les armes biologiques, les mines antipersonnel, les bombes à sous-munitions et les munitions et armes à l’uranium appauvri. En revanche, le cadre légal et déontologique ne répertorie pas les armes nucléaires dans ces catégories. Ainsi que nous l’indiquions ci-dessus, nous avons encore raidi notre politique à l’égard des activités liées à l’armement le 12 septembre dernier. KBC ne fait ainsi ni plus ni moins qu’honorer des engagements de crédit précédemment conclus, conformément aux conditions des contrats.

    Contactez-nous

    Viviane Huybrecht

    General Manager KBC Corporate Communication / Spokesperson