• Français
  • Nederlands
  • KBC Groupe
    Select your language
    Search

    Les investissements séduisent près d’un Belge sur trois entre prudence et accompagnement

    Bolero, CBC, KBC Brussels et KBC invitent les Belges à réaliser un test ludique pour découvrir l’investisseur qui se cache en eux.

    Lundi 4 décembre 2017

    • Comment mieux comprendre le comportement des Belges face aux investissements ? Comment les aider à définir de manière ludique leur profil d’investisseur ?  Sont-ils des promeneurs ? Coureurs de relais ? Yogis ? Rameurs en équipe ? Pilotes de Formule 1 ? Marathoniens ? Supporters ? Et comment au final permettre aux Belges de se diriger vers les solutions d’investissements qui leur correspondent le mieux ?     
    • Les questions sont nombreuses et l'étude nationale de KBC permet d’observer que
      • près d’un Belge sur trois investit déjà dans des fonds, des obligations, des actions ou d'autres produits financiers ;
      • 7% envisagent d'investir à court terme,
      • tandis que 62% des Belges ne pensent absolument pas à l'investissement.
    • La plupart des investisseurs optent pour du conseil. En effet,
      • 32% des investisseurs belges préfèrent confier leurs investissements à des experts ;
      • 46% préfèrent obtenir un conseil personnalisé auprès d’experts de leur banque, mais prennent les décisions eux-mêmes.
      • Et 32% des investisseurs belges s'occupent eux-mêmes de leurs investissements en ligne.
    • Le Belge est un investisseur prudent. Pas moins de 70% des Belges privilégient la stabilité et le risque limité par rapport à un rendement potentiellement plus élevé.
    • Près d’un investisseur belge sur deux, accorde de l’importance aux investissements durables.
    • En effet 48% des investisseurs belges optent exclusivement pour des actions ou des obligations d'entreprises ou de pays présentant une politique de durabilité.

    L’investisseur belge; promeneur ou marathonien ?                                                                   Bolero, CBC, KBC Brussels et KBC lancent aujourd'hui un test investisseur interactif pour aider les Belges à découvrir le type d’investisseur qui se cache en eux. Grâce à ce test en ligne (https://ivox.socratos.net/direct/testinvestisseur) accessible à tous les Belges, chacun aura l’occasion de mieux comprendre quel est son rapport à l’argent, son attitude vis-à-vis de l’investissement, son intérêt pour les investissements durables. A l’issue de ce test ludique les Belges découvriront, parmi 7 types de profils investisseurs, celui qui leur correspond le mieux.

    Près d’un tiers des Belges investissent
    Pour mieux comprendre la relation entre les Belges et les investissements, Bolero, CBC, KBC Brussels et KBC ont réalisé une étude[1] qui révèle que pas moins de 31 % des Belges investissent déjà dans des fonds, des obligations, des actions ou d'autres produits financiers ; 7% envisagent d'investir à court terme, tandis que 62% des Belges ne pensent absolument pas à l'investissement. Les Belges investissent principalement pour se constituer une réserve financière en cas d’imprévu (76%) ; mettre de l’argent de côté pour les (petits-)enfants (31%) ; acheter une maison ou un appartement (16%). La dernière raison invoquée pèse nettement plus lourd chez les Bruxellois que chez les Flamands ou les Wallons, sans doute en raison des prix de plus en plus élevés des maisons dans la capitale. Pour les jeunes de moins de 34 ans, plus que pour les investisseurs plus âgés, investir constitue avant tout une façon de pouvoir acheter une maison ou un appartement, ou de pouvoir partir en voyage.                                                                  

    Les Belges qui n'envisagent pas d'investir invoquent comme principale raison le manque de connaissance (50%) ou l'absence de ressources financières (58%). Seuls 60% des Belges ont conscience qu'épargner signifie perdre du pouvoir d'achat. La statistique passe même à 50 % chez les jeunes. L’éducation financière reste donc nécessaire.

    Une majorité d’investisseurs attendent du conseil                                                                     

    Près d’un tiers des investisseurs belges gèrent eux-mêmes leurs investissements en ligne ; près de la moitié préfère obtenir un conseil personnalisé auprès d’experts de leur banque, mais prennent les décisions eux-mêmes. Et 1/3 des investisseurs belges préfèrent confier leurs investissements à des experts.

    Alors que près d'un flamand sur deux préfère prendre des décisions en concertation avec un conseiller pour la majorité de ses investissements ; un investisseur bruxellois sur deux choisit de s'en occuper lui-même. En Wallonie également, 37,5% des investisseurs choisissent d'écouter leur raison et leur intuition pour leurs investissements.                                                                                                                   

    L’étude démontre qu’un investisseur sur 10 adopte plusieurs comportements en matière de gestion de ses investissements. Il préfère s'occuper lui-même d'une partie de ses investissements mais choisit de se fier à un expert ou à un conseiller pour le reste.

    Le Belge est un investisseur prudent
    Pas moins de 70 % des Belges privilégient la stabilité et le risque limité par rapport à un rendement potentiellement plus élevé. Ce sont surtout les investisseurs belges plus jeunes (57,8 % d'entre eux) qui craignent que la valeur de leur investissement baisse de manière significative. Les investisseurs wallons (47%) ont une aversion légèrement plus marquée pour le risque que les investisseurs flamands (35,9%). Il n'est pas étonnant de constater que les investisseurs autonomes sont ceux qui affichent le plus grand appétit pour le risque. Ils investissent nettement plus en actions (66,9%) que les investisseurs qui gèrent leur portefeuille avec un conseiller (43%) ou qui en confient la pleine gestion (28,2%).

    Un investisseur sur deux accorde de l’importance aux investissements durables
    En effet 48% des investisseurs belges optent exclusivement pour des actions ou des obligations d'entreprises ou de pays présentant une politique de durabilité. Ce sont surtout les investisseurs qui confient leurs investissements à des experts qui jugent l'aspect durabilité essentiel dans leur portefeuille. C'est un peu moins le cas pour les investisseurs autonomes qui sélectionnent la gamme de prUnoduits d'investissement en fonction du rendement potentiel ou de la solidité financière de l'entreprise.

    Faites le test sur https://ivox.socratos.net/direct/testinvestisseur.